La timidité est-elle innée ?

Remplissez le formulaire ci-dessous et recevez 4 vidéos GRATUITES :

  • Vidéo 1 - Présentation de la méthode pour vaincre votre timidité
  • Vidéo 2 - En quoi consiste cette méthode et pourquoi elle fonctionne
  • Vidéo 3 - Recommandations pour tirer le meilleur profit de la méthode
  • Vidéo 4 - Explication détaillée de la méhode complète




Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Est-ce que la timidité est héréditaire? Est-ce que la timidité est dans nos gènes?

La réponse est simple: la timidité n’est pas innée. Nous n’en avons pas hérité de nos ancêtres ou de nos parents.

Les scientifiques affirment que les gens ne naissent pas timides. C’est parce que la timidité a trois caractéristiques majeures : la conscience de soi excessive, une auto-évaluation trop négative et une auto-préoccupation trop négative.

La timidité est-elle innée?

Est-ce que la timidité est dans nos gènes?

Ces trois traits caractéristiques de la timidité ont tous la composante majeure d’un sens de l’individualité. Basé sur la recherche scientifique, une connaissance de soi chez une personne jeune (un bébé, par exemple) ne se développe avant environ 18 mois.

Puisqu’un individu ne nait pas avec une connaissance de soi – qu’il développe que plus tard – cet individu ne peut pas être né timide.

Connaissance de soi

En essayant d’en apprendre davantage sur le psychisme humain, certains des plus grands penseurs du monde dans le passé (dont Charles Darwin) ont d’abord entrepris la recherche d’une connaissance de soi chez l’individu.

C’est Darwin qui a le premier proposé que les débuts du soi se trouvent quand un enfant est capable de se reconnaître dans le miroir. Plus tard, les recherches ont montré que les premiers signes de la connaissance de soi se manifestent environ à l’âge de six mois, pour se raffiner au cours d’un an.

Vers l’âge de six mois, les enfants placés en face d’un miroir essaient d’atteindre et de toucher leur image comme si elle était celle d’un autre enfant. On peut alors se poser cette question logique: comment pouvons-nous savoir si l’enfant se reconnaît ou s’il n’est pas juste en train de tendre la main vers l’image perçue dans le miroir comme étant celle de quelqu’un d’autre ?

Les scientifiques ont ensuite appliqué une touche de rouge sur le nez des enfants et les ont placés devant des miroirs. Finalement, à l’âge de 15 à 18 mois, les enfants touchent leur nez et non l’image dans le miroir.

La conclusion semble être que les enfants de 15 à 18 mois ont déjà une idée de ce à quoi leurs visages devraient ressembler et sont curieux de connaître ses variations (le rouge sur leur nez vu dans le miroir).

Tempérament inhibé

Bien qu’il n’y ait aucune preuve que les gens peuvent naitre timides, il est prouvé que 15 à 20 % des bébés naissent avec ce que les scientifiques appellent un « tempérament inhibé ». Généralement, le tempérament est une caractéristique biologique avec laquelle les gens naissent qui sert à influencer leur comportement dans les premiers mois de leur vie.

Cependant, le tempérament inhibé démontre des réactions physiologiques et comportementales aux stimulants environnants. Un bébé avec un tempérament inhibé donne des coups de pieds vigoureusement, a une fréquence cardiaque plus élevée et cri plus longtemps et plus fort quand il est exposé à des bruits désagréables comme un ballon qui éclate, par exemple. Les bébés qui ne naissent pas avec un tempérament inhibé ne présentent pas de telles réactions.

Un autre exemple est que les enfants de deux ans qui sont timides ont tendance à se cacher derrière les jambes de leurs parents en voyant un inconnu. À sept ans, les enfants timides jouent de leur côté plutôt qu’avec les autres enfants. C’est alors que de tels comportements sont étiquetés par les parents et tout le monde comme de la « timidité ». Toutefois, ces expressions comportementales d’un tempérament timide ne signifient pas que ces enfants vont grandir en devenant des adultes timides.

Conclusion

L’idée que les individus naissent timides n’est qu’une croyance sur la timidité et non un fait rapporté. Il existe de nombreux cas documentés où des personnes timides ont été capables de surmonter leur timidité et devenir des personnes normales.

La timidité n’est certainement pas innée.

Photo ©Fotolia.com

 

Réagissez sur cet article

6 réactions sur cet article.

  1. […] Hérédité : Quelques recherches ont montré que la timidité est une affaire de famille. Cependant, la science n’a pas pu déterminer s’il existe un gène spécifique. Il se pourrait que les enfants apprennent la timidité en observant le comportement de leurs parents. […]

  2. timidité dit :

    Une étude vraiment intéressante qui permet d’en savoir plus sur cette pénible timidité.

    Merci beaucoup pour votre article.

    • Emilie dit :

      Bonjour,

      Votre commentaire est atterri dans spam d’où cette réponse tardive.

      Contente de voir que cet article vous a plu. 😉

      Bonne journée,
      Emilie.

  3. Rémy H. dit :

    La timidité se caractérise par une inhibition sociale. L’anxiété suscitée par l’interaction sociale serait déterminée par 2 facteurs qui ont une action réciproque : le bagage héréditaire et l’apprentissage social. Il existe en effet des fondements fiables à l’idée que la génétique (le gène 5-HTTLPR codant pour un transporteur de la sérotonine) en interaction avec l’expérience vécue de l’individu au contact de l‘environnement constitue un déterminant significatif de certains comportements sociaux.
    Alors que la majorité des enfants, en grandissant, résout partiellement ou complètement ce problème, d’autres restent socialement inhibés, courant un risque majeur de développer des troubles anxieux à l’âge adulte tels que des phobies sociales généralisés ou spécifiques. Ces enfants présenteraient un profil neurochimique particulier en étant particulièrement sensibles aux situations stressantes car les structures neurologiques responsables des états émotionnels comme la peur ou l’anxiété seraient plus facilement stimulées par une altération du rétrocontrôle négatif et donc de la modération de leur amygdale cérébrale (d’où l’intérêt des antidépresseurs sérotoninergiques, régulateurs de la sérotonine, dans le traitement de l’hyperactivité amygdaliennes et donc de l’anxiété généralisée). En clair ces enfants hypersensibles, hyperémotifs seraient donc moins aptes à réguler leurs émotions que les autres enfants qui seraient difficiles à stresser.
    La timidité a donc une base héréditaire. Mais de la même façon que la sociabilité est un trait de comportement appris, la timidité peut évoluer au gré des expériences.

  4. […] l’avis des spécialistes pourtant, la timidité n’est ni une maladie ni un caractère inné. Il s’agit d’un trouble de la personnalité assez anodin, un sentiment qui fait qu’une […]